Dictionnaire chaussures femmes et hommes

Quelques définitions :

- Bout fleuri : on dit d'une chaussure d'homme qu'elle est "à bout fleuri" (con picados en Castellano) lorsque elle est ornée de petits trous joliment dessinés sur sa partie avant (modèle "Pinta" par exemple).

- cambrion: c’est une pièce en acier que nous installons entre la semelle et la première de montage dans le but de soutenir votre voûte plantaire, de conserver la cambrure de la chaussure, de lui donner de la tenue, de mieux soutenir votre pied, protégeant ainsi vos articulations. Cela permet aussi d’offrir la souplesse sur le devant de la chaussure.

- « cromo »: nom que nous donnons en Argentine à la « croûte ou cuir retourné», cuir obtenu par la refente d’un cuir et correspondant à la partie inférieure de cette refente, ne comportant plus alors la «fleur» partie supérieure de la peau. Cuir très souple, contact plus « intime » avec le sol, à n’utiliser que sur les pistes de danse, craint l’humidité.

- daim: appellation impropre passée dans le langage usuel pour désigner les cuirs et peausseries traités pour leur donner un aspect «velours ».

- Derby ou Richelieu ? pour les hommes. La chaussure Derby dispose d'un laçage ouvert : les lacets sont placés sur des empiècements qui se soulèvent. La Richelieu a un laçage fermé : les lacets sont directement dans l'empeigne. Les derby sont donc mieux adaptés à ceux qui ont un coup de pied fort.

fabrication à la main : La loi du 14 mai 1948 règlemente l’emploi de la dénomination de qualité « fait main » et l’emploi de l’expression de « bottier » dans l’industrie et le commerce. L’article 1 de cette loi stipule que « la dénomination de qualité fait main est exclusivement réservée, dans le commerce de la chaussure, aux chaussures qui ont été confectionnées à la main, sans intervention de la machine, sauf en ce qui concerne l’assemblage des diverses pièces composant la tige. » C'est le cas de Raquel shoes

- Patronage Chaque modèle est l'assemblage de différentes pièces de cuir (10 a 15 pièces). Chaque pièce de cuir a été découpée au cutter (pour les chaussures faites à la main) à partir de gabarits en métal. Le patronage est donc l'ensemble des opérations ci-dessous nécessaire à la réalisation des différents gabarits :

. le dessin des lignes du modèle sur une forme . puis la mise à plat des lignes de style

. laquelle conduit à la réalisation du patron-plan

. ensuite fabrication des patronages ou gabarits des différentes pièces (en carton pour les prototypes, en metal ensuite)

. enfin déclinaison de ces gabarits dans les différentes pointures souhaitées.

Sandale Chaussure ouverte a la fois sur la partie avant et la partie arrière. Elles ne sont pas moins difficiles à fabriquer que des chaussures fermées car elles doivent maintenir tout autant le pied, faire corps avec lui et vous assurer un confort optimal.

- tige: c’est la partie supérieure de la chaussure. Les tiges de nos chaussures sont toujours doublées pour un maximum de confort et solidité. Nous utilisons principalement du cuir de chevreau pour une meilleure adaptation à votre pied, une solidité, une souplesse et un confort optimal

 

Qui fait quoi pour fabriquer une chaussure à la main ?

- Le modéliste ou concepteur (chez nous "Raquel")

- Le dessinateur: il dessine le projet de chaussure sur une forme en bois ou matériau composite habillée "d'albuplast" et fabrique les guides de découpe (en carton pour les premières) qui serviront a découper les cuirs nécessaires pour le prototype (si validation, ces découpes dites "patron" seront en acier).

- L'acheteur de cuirs soigneusement sélectionnés chez les tanneurs (Raquel et notre chef d'atelier)

- Le coupeur (el cortador) il découpe les différentes pièces dans les peaux ou matières choisies à l'aide d'un tranchet en suivant les patrons du modèle. Il doit prendre en compte le sens de la peau dans ses diverses parties, les défauts d'aspect, de structure, de l'usage et de l'emplacement de destination des morceaux. L'ensemble des opérations est réalisé en optimisant le rendement matière.

- Le préparateur: il "monte" les pièces, les colle, les plie

- L'apprêteur (el aparador) : il coud entre elles les différentes pièces (c'est souvent le préparateur qui assume également cette tache)

- Le monteur (el armador) il assemble toutes les pièces de cuir qu'il cloue avec de tout petits clous sur la forme (bois ou autre matériau résistant) sur laquelle a déjà été fixé le cambrion en acier (fondamental pour le soutien de votre voute plantaire, le maintien et le confort de la chaussure)

- Le coupeur de semelles toujours de cuir adaptées à la forme de la chaussure

- Le "semellier" (el suelero o columnero) il colle la semelle, il met en place le talon, l'habille de cuir pour les talons "forrados" le tout totalement à la main. L'ordre dans lequel s'effectuent ces opérations n'est pas le toujours le même, par exemple les talons acryliques qui ne sont pas habillés de cuir sont fixés en dernier)

- El "sacador de horma o dehormador" il sépare la chaussure de sa forme, stabilise définitivement le talon, affine la semelle, en retaille les bords, la polit au papier de verre, la peint ou vernit, fait sécher le tout et fait ressortir le brillant

- Le finisseur (el envasador) il nettoie tout, rectifie les derniers détails si utile, met en place la semelle intérieure (plantilla de vista) , la griffe "Raquel".

- (el controlador de calidad)Le contrôleur il vérifie tout, valide ou non la chaussure, met en boite.